Comment réussir son shopping éco-reponsable ?

Comment réussir son shopping éco-reponsable ?

Vous le savez, la mode est un secteur très polluant. La consommation occidentale de vêtements à doublé en 10 ans et la “fast-fashion” nous pousse à la surconsommation.
Si vous voulez savoir les chiffres exacts, voici un résumé de l’ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie).
Face à cela, comment s’y retrouver lorsqu’on veut faire un shopping éco-responsable ? Voici un guide pour vous aider à exercer votre pouvoir de consomm’acteur et changer la mode à votre échelle.



Avez-vous vraiment besoin de faire du shopping ?


La première question à se poser pour un shopping responsable réussi est de se demander si vous en avez vraiment besoin.
Votre penderie est-elle si vide que ça ? Vous sentez-vous si mal que ça dans vos vêtements ? Combien de fois comptez-vous mettre ce haut qui vous fait rêver ?
Bien sûr, il est important de se faire plaisir de temps en temps, et le marketing fera tout pour vous le rappeler. Mais il ne faut pas non plus céder à la tentation, surtout en période de soldes.
Comme le dirait Greenpeace, “It’s not a good deal if you don’t need it.” (Ce n’est pas une bonne affaire si vous n’en avez pas besoin.)

tweet greenpeace


La mode responsable, un truc de bobo ?


Il est vrai que tout ce qui est éco-responsable a longtemps été vu comme quelque chose pour les gens aisés, car tout le monde n’a pas les moyens de ses bonnes intentions.
Mais aujourd’hui, de nombreuses marques trouvent de moyens pour proposer des vêtements éco-responsables aux prix abordables.
Certes, la recherche peut s’avérer fastidieuse, mais il existe de nombreux outils comme le moteur de recherche SloWeAre pour trouver rapidement ce qu’on cherche.
Bien sûr, les prix resteront supérieurs à ceux de la fast-fashion. Si le développement durable rapportait, la Mode serait déjà au zéro-déchets. Mais les circuits courts permettent aux entreprises responsables de réduire leurs coûts.


Choisir des vêtements résilients

vêtements durables

Si nous achetons deux fois plus de produits qu’il y a 15 ans, nous ne possédons pas deux fois plus de vêtements, leur durée de vie a simplement été divisée par deux.
Et c’est ici que vous, personne avertie, allez voir la bonne affaire.
Effectivement, acheter un t-shirt 40 euros au lieu de 20 peut sembler comme une mauvaise affaire. Mais votre t-shirt, en plus de polluer moins, durera également plus longtemps qu’un t-shirt classique acheté en fast-fashion.
Sur le long terme, acheter des vêtements durables sera donc une très bonne affaire. Et en étalant bien vos dépenses, vous soulagerez votre portefeuille en plus de l’environnement.
Pour trouver ces vêtements sans être un expert, il faut se fier aux labels (sic.).
Les labels ne sont pas une science exacte, et plusieurs enquêtes ont déjà montré leurs failles.

Notre solution ? Faire confiance au Made In France !
Si dans certains pays, l’obtention d’un label se révèle avoir quelques failles, c’est en général moins le cas en France. Il sera en général de bonne qualité, que ce soit pour vous ou l’environnement.



Attention au greenwashing !


Avec la prise de conscience des consommateurs, la durabilité et l’éthique sont devenus des arguments de vente. Et comme tous les arguments de vente, ils peuvent se retrouver autour d’un marketing mensonger et se révéler totalement faux.
Le dernier exemple en date a été ce fameux “fashion pact”, qui a été présenté en marge du G7 à Biarritz.
Ce pacte, réunissant 30% des acteurs de la Mode, constitue une réelle prise de conscience de leur part, mais présente des objectifs irréalistes aux périmètres peu définis.
Par exemple, les différents acteurs, s’engagent à n’utiliser que des énergies renouvelables d’ici 2030. C’est totalement irréaliste, cela voudrait dire n’utiliser ni électricité, ni pétrole.
De plus, pas un mot sur la fast-fashion et le modèle économique, alors qu’il faudrait réduire la production de vêtements, augmenter leur durée de vie.
Le pacte ne mettant en place aucun contrôle indépendant de ces engagements, il est à parier qu’il ne restera qu’une opération de communication en grandes pompes.



La magie de la seconde main


Si un vêtement est utilisé 2 fois, on divise son coût écologique par 2 ! Les friperies présentent un grand avantage écologique, car elles permettent de se procurer des vêtements sans avoir à en reproduire un neuf.
Lorsque vous voulez vous débarrasser d’un vêtement, les bornes textiles sont votre meilleur choix, puisque vous ferez un heureux qui pourra se procurer un vêtement à petit prix pour son portefeuille et la planète.
Et si vous voulez vous procurer un produit, la seconde main vous permettra de trouver des pépites à petit prix également.



Le mot de la fin


L’idée de cet article n’est pas de vous culpabiliser, chacun fait ce qu’il peut à son échelle. Il ne faut pas non plus que l’écologie devienne une traque aux sorcières, que ce soit concernant les entreprises ou les consommateurs.
Le produit 100% écolo n’existe pas, et même cet article a un impact écologique et a émis du CO2. Mais avec une prise de conscience des consommateurs et surtout des entreprises, on pourrait réussir à réduire l’impact de l’humanité sur son environnement.

200 commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas divulguée. les champs requis sont indiqués *

  • Panier vide